La magie clic face à la puissance du fric et du flic (Par Abdou Fall)


On ne cessera jamais de le dire, la révolution du numérique va marquer ce 21ème siècle.
Au lycée, un de nos profs nous balançais que les analphabètes du troisième millénaire seront ceux qui ne pourront pas parler anglais et ne sachant pas utiliser l’outil informatique.
Ainsi, avec l’avènement des réseaux sociaux surtout avec Facebook en 2004 par Mark Zukerberg, ceci inaugura cette révolution numérique qui va secouer le monde dans son entièreté. En l’espace de quelques années, le géant des réseaux sociaux a pu dépasser le milliard d’abonnés dans le monde. Sur ce, les leaders du monde, les entreprises, les populations ne peuvent se passer de cet outil qui est devenu le « vrai opium » du peuple des temps modernes. Qui ne se rappelle pas du printemps arabe qui a balayé les despotes maghrébins grâce aux réseaux sociaux ?
Si on revient au Sénégal, les réseaux sociaux ont connu leur essor dans les dix dernières années. Selon des statistiques des opérateurs de téléphonie, le Sénégal disposerait de 3 millions de connectés sur une population d’environ 15 millions d’habitants. Ce qui donne : 1 sénégalais sur 5 est connecté. De même, si on prend dans le cadre électoral avec notre fichier électoral qui est environ 6 millions d’électeurs donc les RS font la moitié du fichier électoral. Cela montre l’enjeu majeur des réseaux sociaux lors des dernières élections présidentielles.
En outre, si nous remontons plus loin, le président Macky Sall ayant compris la portée des réseaux sociaux, avait lancé cette magnifique boutade toute rimée en 2012 : «La magie du CLIC fera désormais face, à travers les réseaux sociaux, à la toute-puissance du FRIC et du FLIC. ». Plus tard à l’approche de la Présidentielle 2019, sentant le retard dans les réseaux sociaux dominés par les « Sonko boys », il leur lance : « investissez les réseaux sociaux ». Cela a payé car il a pu obtenir sa réélection avec une force numérique comme El Hadj Kassé sur Twitter, Ibrahima Sène du Pit sur Facebook pour ne citer que cela. En effet, c’est un bataillon numérique qui a accompagné le président Macky Sall pendant toute durée la campagne électorale et cela s’est terminé par le résultat que l’on sait tous.
Hormis, le président Macky Sall, un de ses principaux challengers et opposants en l’occurrence Ousmane Sonko s’est réservé une place au soleil grâce cette « magie du clic ». D’ailleurs, ses pourfendeurs lui collent le sobriquet du « président des réseaux sociaux » tant sa présence et celui de ses militants dans les réseaux sociaux ne font l’ombre d’aucun doute. Très futé, le chef de file de Pastef, sait que le monde est devenu un « village planétaire » grâce aux réseaux sociaux.
Par exemple, un de ses Lives qui captent des milliers de vues peut être suivi en un instant T par les sénégalais qui se trouvent au Canada, aux Usa, en Australie, au Japon, au Gabon, au Singapour etc. … Ainsi, ce n’est pas une surprise s’il a remporté les élections dans la diaspora avec des scores flatteurs dans certaines régions.
Par conséquent, ceux qui veulent toujours diaboliser les réseaux sociaux en y voyant que des dérives ont tort et risquent de rester à la périphérie de l’histoire. Ils risquent d’être laissé en rade par la « tectonique des plaques » digitales qui peuvent soulever une montagne.
Hier, le commissaire Bara Sangaré l’a appris à ses dépens en un laps de temps, la vidéo est devenue virale par le système des partages et des relais externes comme les sites internet.
Comme disait un proverbe chinois « une image vaut dix mille mots », mais peut aussi soigner des « maux » comme ceux du pharmacien malmené et brutalisé par ses éléments.

Abdou Fall, Wanema.info


RD

Article Précédent

Affaire Commissaire Sangaré : Ansoumana Dione dit sa part de vèrité au pharmacien

Article Suivant

Trois femmes « Khalifistes » arrêtées à Reubeuss

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Powered by Live Score & Live Score App