Culture : Balla Moussa Daffé magnifie l’organisation du Festival international de Sédhiou


L’ex-maire de Sédhiou et ministre, Balla Moussa Daffé, a magnifié l’organisation du Festival international de Sédhiou (FIS) qui démarre, ce vendredi, rappelant que cette initiative est une reprise des Journées culturelles de Sédhiou initiées en 1989 pour sortir la ville de ‘’l’oubli’’ grâce à son potentiel culturel.

‘’Je félicite le maire tant mieux qu’il soit ministre de la Culture et de la Communication pour avoir pris cette initiative et je souhaite plein succès au festival international de Sédhiou’’, a-t-il dit.

M. Daffé s’exprimait dans un entretien accordé à l’APS à quelques heures de l’ouverture du festival international de Sédhiou qui prend fin dimanche dans la capitale du Pakao.

Le professeur Daffé a été copté comme président d’honneur du comité de pilotage en raison de son expérience en tant que créateur des Journées culturelles mandingue de Sédhiou.

‘’Les journées culturelles mandingue de Sédhiou sont un patrimoine que je n’ai jamais labellisé contrairement à ceux que certains ont dû penser’’, fait valoir le professeur Daffé, manifestant son ouverture à tout évènement qui vise le développement de Sédhiou.

Selon lui, ces journées n’avaient pas un caractère ‘’lucratif’’, mais visaient plutôt à ‘’sortir Sédhiou de l’oubli’’.

‘’Je n’étais même pas maire, j’étais juste conseiller municipal lors de la première édition des Journées culturelles de Sédhiou en 1989, mais c’était pour sortir Sédhiou de l’oubli après l’érection de Kolda comme région’’, a expliqué l’ancien ministre de la Recherche scientifique de 1983 à 1987 sous le régime du président Abdou Diouf.

‘’Je pensais que la culture, entre autres secteurs, pouvait servir de levier pour nous aider à développer la région s’appuyant ainsi sur le potentiel culturel, la richesse, la diversité de cette ville portée par la culture mandingue’’, ajoute-t-il.

Balla Moussa Daffé a rappelé la dimension sous-régionale voire internationale de la culture mandingue qui s’étend du Mali au Burkina Faso en passant par la République de Guinée, la Gambie, la Côte d’Ivoire, etc.

Le mandingue est la dominante culturelle dans cette moyenne Casamance où la ville de Sédhiou a été la capitale entrainant un brassage culturel intense, selon lui.

‘’C’est cela qui fait notre richesse sans que cela porte préjudice à notre cohésion sociale’’, se réjouit-il.

Par ailleurs, Balla Moussa Daffé a rappelé que le chef de l’Etat Macky Sall avait demandé la relance des activités culturelles de Sédhiou lors du conseil des ministres décentralisé tenu dans la ville en 2015.

‘’Le président de la République lors de ce conseil avait demandé la relance des journées culturelles sous forme de biennale et avait décidé d’accorder 125 millions de francs CFA par an’’, signale-t-il.

Cette première édition du Festival international de Sédhiou est dotée d’un budget de 140 millions de francs CFA.

Des festivaliers de la sous-région sont invités pour célébrer la diversité culturelle en lien avec l’espace mandingue, avait dit le président du comité d’organisation, El Hadji Oumar Kanté.


RD

Article Précédent

(video )KAWTEF – (GP ) : Guiss n’a kou yobeneter Guinar dougal si…

Article Suivant

En images la 4ème édition de l’anniversaire de Demba Guissé à Sorano

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Powered by Live Score & Live Score App