Affaire Sonko : Ahmed Bachir Mbacké* interpelle Macky Sall


Monsieur le Président de la République,
J’ai l’honneur de vous adresser cette lettre ouverte pour vous interpeller sur les gros nuages qui s’amoncellent dans le ciel sénégalais et qui peuvent entrainer une tornade de larmes et menacer la stabilité de notre cher pays, dans un contexte ouest-africain imprévisible et instable.

Comme vous l’avez dit dans une interview accordée à RFI, je ne crois pas à votre implication dans ce que vous avez qualifié vous-même de complot contre l’honorable député Ousmane Sonko, président du Parti PASTEF-LES PATRIOTES. Votre station est bien au-dessus de ces « bassesses ». Je ne me penche pas non plus vers un complot d’État qui, à mon humble avis, serait beaucoup plus sophistiqué. Je pense plutôt à une machination de la part d’ «apéristes » un peu trop zélés, avec la complicité d’un ministre de l’Intérieur prétentieux et inexpérimenté. Et ce qui aurait pu être un bon thriller hollywoodien est devenu un fade navet sicilien.

 Ce dossier devrait être déjà classé sans suite

Je me permets, Monsieur le président, de vous faire un résumé de cette affaire dont les principales informations proviennent de procès-verbaux établis dans l’enquête préliminaire de la Section de Recherches de notre Gendarmerie nationale dont la noble devise est : « Honneur et Patrie ». Les déclarations de la plaignante sont tellement truffées d’incongruités et d’incohérences aussi invraisemblables les unes que les autres que ce dossier devrait être déjà classé sans suite, à défaut de poursuivre l’enquête pour identifier tous les protagonistes.

Monsieur le Président, le doute est permis sur un « viol » qui aurait eu lieu dans une maison de 150 m2, sur un seul niveau, en présence d’au moins cinq personnes dont les témoignages concordent et attestent que rien ne s’est passé ce soir-là, à part l’activisme de la présumée « violée » qui s’impatientait de la venue de gens qui, attendus en motocyclette, selon les dires de la plaignante, sont finalement arrivés à bord d’une rutilante 4X4 un peu non loin de la maison. Le convoyage aurait été effectué en plein couvre-feu avec un médecin, un militant de l’APR et une …avocate.

On peut ajouter :

– Une plainte pour viol, avec deux armes à feu et deux mains étrangleuses, écrite, par une quasi analphabète, dans un français à impressionner Molière et faisant mention d’articles du Code pénal;
– Une vraie fausse identification nationale;
– Un certificat médical qui n’indique pas de contact;
– Des photographies obscènes tirées sur Google et jointes insidieusement au dossier;
– Une fiche des RG qui aurait été envoyée au ministère de l’Intérieur et faisant état de l’affaire avant même la plainte de la supposée victime;
– Un juge d’instruction qui s’empresse de demander la levée de l’immunité parlementaire d’un député X avant même de poser le moindre acte…d’instruction et une Assemblée nationale qui avalise tout avec des applaudissements sans prendre le temps d’étudier les faits.
– J’allais oublier une mère-Kangourou qu’on a voulu séparer de son bébé, après lui avoir proposé de l’argent pour changer de version des choses;
– Un SMS compromettant envoyé malencontreusement par la principale suspecte de cette machination à un avocat de la défense et des messages téléphoniques du « bourreau » effacés par la « victime ».

Mettre fin à cette affaire

Sachez, monsieur le président, que ceux qui ont cherché à vous faire plaisir en vous débarrassant d’un redoutable adversaire politique ont voulu trop gagner en charges qu’ils ont tout perdu en crédibilité.
Je voudrais terminer ma lettre par vous prier d’user de votre Autorité pour mettre fin à cette affaire qui a masqué les résultats de nos Jambars dans la sécurité en Casamance et la disponibilité de vaccins contre la Covid19 dont beaucoup de pays africains nous envient certainement. Cette sombre histoire a déjà fait trop de victimes : un honnête député-père de famille, une brave dame sénégalaise et même… une jeune masseuse de condition modeste. Le pays retient son souffle, la deuxième Institution du pays en a pris un gros coup et notre Justice risque d’être discréditée à jamais.
P.S. Au moment où éclatait cette affaire, la NASA posait la sonde PERSEVERENCE sur la planète MARS. Ce deuxième « bond de géant » de l’HUMANITÉ est passé inaperçu au Sénégal.

*Un citoyen qui aime profondément son pays

SENEGO


Malick Fahdal

Article Précédent

Vidéo : Enorme Rebondissement dans l’affaire Sonko/Adji Sarr (…) La tentative de corruption de Sidy Ahmed Mbaye …

Article Suivant

Me El hadji DIOUF : « Adji SARR ne parle qu’au juge. Elle n’accepte aucune médiation »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *