Affaire Kaliphone : Le Collectif des Féministes du Sénégal soutient Adji Thiaré Diaw

Kaliphone est accusé d’agressions sexuelles par la mannequin Adja Thiaré Diaw. Cette dernière a reçu le soutien du Collectif des Féministes du Sénégal. L’organisation demande, dans un communiqué, aux structures étatiques d’accompagner les victimes/survivantes dans leur démarche de quête de justice.  Elle regrette, par ailleurs, “la campagne de dénigrement dont Mme Adja Thiaré Diaw est victime sur les réseaux sociaux”.

Seneweb vous livre l’intégralité du communiqué

“Nous souhaitons par ce communiqué encourager Mme Adja Thiaré Diaw dans sa démarche de quête de justice.  Nous lui témoignons également notre soutien inconditionnel. Nous saluons ainsi sa force, mais aussi la détermination  de sa mère  qui fait le choix de l’accompagner dans ce processus. Nous savons que les victimes /survivantes, qui font le choix de sortir de leur silence s’exposent à plus de représailles, du fait de la violence patriarcale dans laquelle nous vivons. La campagne de dénigrement dont Mme Adja Thiaré Diaw est victime sur les réseaux sociaux depuis sa sortie en est la preuve. 

Les violences faites aux femmes sont la responsabilité de toutes et de tous. Nous devons continuer à les prévenir et à les dénoncer. Cela passe par les familles et toutes les structures de l’État. L’accueil réservé aux victimes/survivantes est crucial dans le choix de dénoncer ou pas. Nous n’exigeons que les premiers répondants (Police, Gendarmerie, Hôpitaux, et les autres services d’accompagnements) développent des pratiques d’intervention centrées sur les victimes/survivantes. « Lane gua solone, fane gua demone, lane guay ligueye, Lofa done def », ne seront jamais des réponses adéquates face à une  dénonciation. Les victimes/survivantes  doivent se sentir en sécurité et protéger par des institutions de l’Etat, dont le rôle, le premier devoir. Pour ce faire, le personnel préposé à l’accueil doit être formé et outillé pour conduire un entretien dénudé de tout jugement et qui respecte la dignité de la victime /survivante.

Nous rappelons aux journalistes et autres agents de la presse que leur rôle pour une société juste passe aussi par un traitement professionnel et équitable de l’information particulièrement lorsque ces informations impliquent des cas de violences sexistes et sexuelles. 

La banalisation des violences sexistes et sexuelles crée un environnement favorable pour les agresseurs et les prédateurs, pendant que les victimes/survivantes restent plongées dans la stigmatisation ; elles sont réduites au silence, harcelées, et laissées à elles-mêmes. Les viols ne cessent pas parce qu’une loi a été votée et promulguée.  Il faudra qu’on apprenne à écouter les victimes qui sont les premières concernées et élaborer des méthodes d’accompagnement centrées sur leur traumatisme. 

Pour conclure, nous voudrions rappeler à tout le monde, que le combat féministe  est un combat de principe et non un combat de circonstance. La politisation à outrance des cas de viols, selon le camp où l’on se situe est inacceptable. Les corps des femmes ne sont pas des armes de propagandes politiques. 

Nous saluons le courage de toutes les victimes /survivantes. Celles qui ont choisi de dénoncer, tout autant que celles qui ont choisi de se taire. Nous vous croyons sans réserve et nous vous soutenons.” 

Le Collectifs des féministes du Sénégal

Ngone Diop

Article Précédent

Sénégal vs Iran : Sadio titulaire, Iliman sur le banc, la compo officielle de Aliou Cissé

Article Suivant

Soirée en amoureux : Abba s’affiche très romantique avec sa dulcinée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *